LIVRAISON 3€ France métropolitaine – ECHANGES GRATUITS pendant 30 jours

Connaissez-vous l'histoire du soutien-gorge ?

Histoire du soutien gorge

Certains imaginent le soutien-gorge sans armature comme une invention du XXIè siècle, issue des besoins de confort, des progrès technologiques ou des évolutions de notre société… et le soutien-gorge plus généralement comme une invention récente, du siècle dernier… loin s’en faut !

Petite histoire abrégée du soutien-gorge…

 

Même s’il fait son entrée dans le Larousse en 1904 (on lui donnait alors aussi le doux nom de “gorgerette” ou de “maintien-gorge”) et que quelques prototypes avaient été présentés au XIXè siècle lors de l’Exposition universelle, il ne s’agit en réalité que de l’aboutissement -forcément temporaire- de siècles d’étapes controversées depuis l’Antiquité.

 

Un soutien-gorge qui s’ignore…

En effet, des dizaines de mots désignent déjà cette pièce de tissu depuis cette lointaine époque antique. Apodesme pour les Grecques ou strophium pour les Latines sont les plus utilisés, et il ne s’agit déjà rien d’autre que d’un soutien-gorge sans armature, vêtu principalement pour les activités sportives : un bandage qui formait une ceinture sous la poitrine, pour la maintenir. Et surtout pour camoufler les formes féminines dès l’adolescence, car la silhouette idéale à Athènes se voulait androgyne.

Des représentations antiques, retrouvées dans les villas romaines en Sicile par exemple, témoignent de l’existence de ces bikinis ou soutien-gorges et culottes très similaires à ceux portés aujourd’hui.

Sans armatures, en tissu, et dans des matériaux bien entendu 100% naturels à l’époque.

Mosaïque_des_bikinis,_Piazza_Armerina

Ce sont ensuite les siècles, les modes et les impératifs de la société qui ont adapté ce bandeau selon les époques, selon les canons de l’esthétisme féminin, selon les règles en vigueur. Elles ont façonné la notion de pudeur, d’intimité et les convenances sociales ou morales qui se sont succédé.

Ayant parfois pour but de modeler la silhouette, d’aplatir la poitrine ou au contraire de mieux la mettre en valeur, il l’a transformée pendant des siècles en véritable contrainte pour le corps de la femme. Et cela dès le Moyen-Âge : des archéologues ont ainsi découvert des sous-vêtements datant de 1300-1400, similaires en tous points aux "soutien-gorge" soi-disant inventés au XXè siècle, preuve de la nature intemporelle et universelle de ce support.

Entre les velléités de rehausser le buste des femmes et leurs courbes voluptueuses pendant la Renaissance et à l’inverse la progression de l’idéologie puritaine des décennies qui suivirent (“Couvrez ce sein que je ne saurais voir, par de pareils objets les âmes sont blessées” s’exclame l’hypocrite Tartuffe chez Molière…), les armatures, ou “baleines” ont accentué plus encore au fil des siècles ces fonctions liées à l’esthétique du maintien… et surtout au contrôle du corps féminin.

Corset_-_Royal_Worcester_Corset_Company,1890

Dans ce cadre, le corset, en Occident, s’impose majoritairement. Avec ses pièces de bois, puis de métal, ses laçages stricts et tout  l’inconfort, voire la souffrance et les conséquences qui leur sont liées.

Pourtant, déjà au XVIIIè siècle, des voix s’élèvent contre ces armatures qui “coupent la femme en deux comme une guêpe”, comme Jean-Jacques Rousseau dans l’Emile. Mais les résistances sont tenaces, et la notion de confort, sans parler de celle d’esthétisme, ne va cheminer que très très lentement, tout au long du XIXè siècle. Après le corset, place aux gaines. Puis à ce “maintien-gorge” dont le poids est soutenu par des bretelles.

En 1889, Herminie Cadolle, corsetière et révolutionnaire dans l’âme (elle sera même détenue en prison pour sa participation à l’insurrection de la Commune de Paris, puis s’exilera en Argentine pour créer ses premiers modèles) présente à l’Exposition Universelle un “corselet-gorge” qu’elle nomme “Bien-être”. Son nom contient à lui seul toute la promesse de ce demi-corset, fait pour améliorer considérablement le confort des femmes dans son port.

“Dans son élan féministe, libérer le corps de la femme, c’était aussi libérer le mental, quelque part. À un moment donné, elle a eu l’idée de séparer le corset en deux, de mettre des bretelles et de créer un système en W pour faire tenir l’ensemble. Elle a petit à petit amélioré ce produit, cette lingerie. Et quand elle est revenue en France après son séjour argentin, elle a demandé aux filateurs de Troyes de lui créer des bretelles en caoutchouc. Et là, ça a été extraordinaire parce que le confort était très grand et le produit du soutien-gorge est devenu tout à fait moderne. Il a été assez proche du produit que nous connaissons aujourd’hui.” précise la journaliste Albine Novarino-Pothier.

Soutien-gorge avec bonnets

Deux bretelles + deux bonnets = un soutien-gorge

Les dés étaient jetés. Dans la lignée d’Herminie Cadolle et de l’atelier de lingerie qu’elle crée avec un succès retentissant, c’est bel et bien le XXè siècle qui voit l’expansion et la créativité des industriels, des modistes, des couturiers et couturières croître au service du soutien-gorge, avec ou sans armature.

Des brevets sont déposés, l’adjonction de bretelles et de bonnets font de cette pièce de lingerie un élément désormais clairement identifié sous le nom de “soutien-gorge”, puis “brassière” en pays anglo-saxons peu avant la 2è guerre mondiale. L’ajout de fermetures à crochets, puis de bretelles ajustables, sophistique le tout.

La multiplication des tailles des “bonnets” dans la première moitié du siècle, puis les déclinaisons de type Wonderbra ou l'avènement des grandes marques connues du grand public, à grands renforts de spots télévisés ou de campagnes d’affichage, concrétisent les avancées technologiques (les fibres, les matières, les couleurs) et les effets de mode qui ont rythmé la deuxième moitié du siècle. On en décline pour toutes les fonctions et les activités : allaitement, sport, bustier, push-up, en faisant un incontournable de la garde-robe féminine. Le soutien-gorge participe au début du XXè siècle à l’émancipation féminine pour les unes, puis dans les décennies qui suivent à sa servitude pour les autres, il devient objet-culte, de société, de consommation, d’art et de défilés.

Une journée nationale lui est consacrée par une grande marque américaine, au début des années 2000 (le 5 août très exactement !) comme une consécration marketing et sociétale de cet élément incontournable de l’habillement féminin.

Soutien-gorge sans armature - Natura Feel.png

Nous vivons aujourd’hui une nouvelle étape de l’histoire de ce petit morceau de tissu avec le retour au naturel et aux soutiens-gorge sans armatures

Le confinement nous a fait prendre conscience de l’importance des notions de confort et de nature comme éléments essentiels dans notre quotidien. Cela se traduit dans notre lingerie par l’adoption de modèles moins contraignants pour le corps et plus respectueux du galbe naturel du sein. De nombreuses marques de sous-vêtements intègrent désormais dans leur collection une gamme de soutiens-gorge sans armatures et l’une d’entre elles va même plus loin en réalisant ses modèles uniquement à partir de composants naturels. La marque Natura Feel propose en effet des soutiens-gorge sans armatures en pur coton biologique et teints avec des plantes, de l’eau des minéraux et rien d’autre. L’idée ? Remettre au goût du jour le principe de la teinture végétale telle qu’elle était pratiquée jusqu’à la révolution industrielle. Un principe de teinture similaire à celui utilisé par les Romains comme évoqué au début de cet article. Quand on dit que la mode est un éternel recommencement …

Contrairement aux idées reçues, le soutien-gorge n’est pas une invention récente mais trouve son origine dans l’Antiquité où les premiers soutiens-gorge étaient sans armature. D’abord purement fonctionnel, il est devenu peu à peu un objet culturel, voire un objet culte, un article de mode mais aussi une contrainte pour le corps des femmes. Avec l’émancipation des femmes depuis le XXème siècle et la recherche de confort, le soutien-gorge retrouve peu à peu le caractère fonctionnel de son origine.

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
Frais de livraison uniques 3€
En France métropolitaine
Echanges gratuits
30 jours pour changer d'avis

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,